Vous n’êtes pas identifié. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.


Pages 1

Vous devez vous connecter ou vous inscrire pour pouvoir répondre

Flux RSS du sujet

Messages [ 6 ]

Sujet : Ma mort vivante de Paul Eluard

Dans mon chagrin, rien n'est en mouvement
J'attends, personne ne viendra
Ni de jour, ni de nuit
Ni jamais plus de ce qui fut moi-même

Mes yeux se sont séparés de tes yeux
Ils perdent leur confiance, ils perdent leur lumière
Ma bouche s'est séparée de ta bouche
Ma bouche s'est séparée du plaisir
Et du sens de l'amour, et du sens de la vie
Mes mains se sont séparées de tes mains
Mes mains laissent tout échapper
Mes pieds se sont séparés de tes pieds
Ils n'avanceront plus, il n'y a plus de route
Ils ne connaîtront plus mon poids, ni le repos

Il m'est donné de voir ma vie finir
Avec la tienne
Ma vie en ton pouvoir
Que j'ai crue infinie

Et l'avenir mon seul espoir c'est mon tombeau
Pareil au tien, cerné d'un monde indifférent
J'étais si près de toi que j'ai froid près des autres.

Can you add colors inside this smile  ?

Re : Ma mort vivante de Paul Eluard

superbe! je ne connaissais pas. Merci de me l'avoir fait découvrir.

Re : Ma mort vivante de Paul Eluard

+1, très belle découverte. La solitude et le désœuvrement sont très bien retranscrits.

"Ouvrez moi cette porte ou je frappe en pleurant"
                                                                              Apollinaire

Re : Ma mort vivante de Paul Eluard

Je la connais et je l'aime beaucoup. Je crois qu'il a écrit une "suite", trois poèmes en continuité sur le deuil. Je dois toujours avoir mes classeurs, j'essaierai de les retrouver.

Mon verre s'est brisé comme un éclat de rire, Guillaume Apollinaire.

Re : Ma mort vivante de Paul Eluard

Oui!!! Hier soir, illumination avant de m'endormir, j'ai retrouvé le titre du poème suite, pas besoin de recherches dans les classeurs. La mort, l'amour, la vie, beau texte qui donne de l'espoir :).


La mort, l’amour, la vie



J’ai cru pouvoir briser la profondeur de l’immensité
Par mon chagrin tout nu sans contact sans écho
Je me suis étendu dans ma prison aux portes vierges
Comme un mort raisonnable qui a su mourir
Un mort non couronné sinon de son néant
Je me suis étendu sur les vagues absurdes
Du poison absorbé par amour de la cendre
La solitude m’a semblé plus vive que le sang
Je voulais désunir la vie
Je voulais partager la mort avec la mort
Rendre mon cœur au vide et le vide à la vie
Tout effacer qu’il n’y ait rien ni vire ni buée
Ni rien devant ni rien derrière rien entier
J’avais éliminé le glaçon des mains jointes
J’avais éliminé l’hivernale ossature
Du voeu de vivre qui s’annule

Tu es venue le feu s’est alors ranimé
L’ombre a cédé le froid d’en bas s’est étoilé
Et la terre s’est recouverte
De ta chair claire et je me suis senti léger
Tu es venue la solitude était vaincue
J’avais un guide sur la terre je savais
Me diriger je me savais démesuré
J’avançais je gagnais de l’espace et du temps
J’allais vers toi j’allais sans fin vers la lumière
La vie avait un corps l’espoir tendait sa voile
Le sommeil ruisselait de rêves et la nuit
Promettait à l’aurore des regards confiants
Les rayons de tes bras entrouvraient le brouillard
Ta bouche était mouillée des premières rosées
Le repos ébloui remplaçait la fatigue
Et j’adorais l’amour comme à mes premiers jours.

Les champs sont labourés les usines rayonnent
Et le blé fait son nid dans une houle énorme
La moisson la vendange ont des témoins sans nombre
Rien n’est simple ni singulier
La mer est dans les yeux du ciel ou de la nuit
La forêt donne aux arbres la sécurité
Et les murs des maisons ont une peau commune
Et les routes toujours se croisent.
Les hommes sont faits pour s’entendre
Pour se comprendre pour s’aimer
Ont des enfants qui deviendront pères des hommes
Ont des enfants sans feu ni lieu
Qui réinventeront les hommes
Et la nature et leur patrie
Celle de tous les hommes
Celle de tous les temps.

Paul Eluard

Mon verre s'est brisé comme un éclat de rire, Guillaume Apollinaire.

Re : Ma mort vivante de Paul Eluard

Désolé, alors que j'avais envoyé le message, l'ordi a affiché "an error occured" alors j'ai fait précédent et il y a encore eu un doublon  honte   honte que j'ai modifié par ce texte vu qu'apparemment on ne peut pas supprimer un message? Encore désolée.

Dernière modification par Thalieacanthe (08/09/2013 14:27:08)

Mon verre s'est brisé comme un éclat de rire, Guillaume Apollinaire.

Messages [ 6 ]

Pages 1

Vous devez vous connecter ou vous inscrire pour pouvoir répondre

A voir également...



Reproduction, même partielle, interdite sans accord préalable. Déclaration CNIL n°1212152. .

Currently installed 10 official extensions. Copyright © 2003–2009 PunBB.