Vous n’êtes pas identifié. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.


Pages 1

Vous devez vous connecter ou vous inscrire pour pouvoir répondre

Flux RSS du sujet

Messages [ 3 ]

Sujet : La Montagne Sacrée

http://www.toile-gothique.com/forum/img/attached/187-w-1251621743.jpg

Date de sortie : 16 Janvier 1974   
Date de reprise : 27 Décembre 2006   
Réalisé par Alejandro Jodorowsky
Avec Alejandro Jodorowsky, Horacio Salinas, Ramona Saunders   
Film américain, mexicain. Genre : Expérimental, Aventure, Fantastique
Durée : 1h 54min. Année de production : 1973
Titre original : La Montana sagrada

Après une série de procès et de tribulations, un voleur vagabond rencontre un maître spirituel qui lui présente sept personnages riches et puissants, représentant une planète du système solaire. Ensemble ils entreprennent un pèlerinage vers la Montagne Sacrée afin d'en déloger les dieux qui y demeurent et atteindre l'immortalité.

Un extrait


Waouh quelle claque ! Après avoir « enduré » l’imagination débordante du réalisateur Chilien Alejandro Jodorowsky, on n’est pas sur d’avoir tout saisi au final, tant son œuvre est complexe et . . . qu’elle nous enlève les mots de la bouche ! Un homme représentant le Christ, un maître spirituel, un alchimiste, un groupe d'apôtres, une multitude de personnages représentés au sein d’une histoire des plus complexes et invraisemblables, entre incompréhension et compréhension, entre rêve et réalité, La Montagne Sacrée (1973) nous laisse perplexe plus d’une fois. Une chose est sure, cette « OFNI » ésotérique et mystique vaut le coup d’œil sans la moindre hésitation, ne serait ce que pour ses nombreuses trouvailles, ingéniosités et autres idées et humour noir toutes plus originales les unes que les autres ! Une œuvre psychédélique & surréaliste qui en aura dérouté plus d’un, à découvrir aussi du même réalisateur, le western psychédélique El Topo (1970).

Découvrir un tel délire transgressif reste une expérience troublante, dérangeante (violente), poétique, dans tous les cas marquante. Cette "fable" fantas-mystico-surréaliste haute en couleurs (du sordide obscène à l'éblouissement merveilleux), très riche en références, passe en revue le destin catastrophique de huit planètes aux sociétés pourries par des directions fascistes et la quête, illusoire, par leurs maîtres à penser, d'une auto-épuration radicale. Un scénario radicalement atypique, superbement mis en scène, dont la cohérence se révèle lentement. Sur terre, le fascisme se déploie par le détournement pervers du message sacré (ici, christique) : ainsi piégé, un "Jésus" (mince, blanc, chevelu), 34 ans, vêtu de rien puis d'un "string", se rebelle et va rencontrer le "Maître" des religions planétaires unies (joué par Alexandro Jodorowsky lui-même) qui se chargera, avec sa svelte servante noire, de former ainsi un groupe avec les autres "chefs" ratés, et de le mener sur la voie de la pureté (celle qui transfigure sa merde intérieure)... La lenteur, les corps offerts, la musique symphonique, le choix ultra-imaginatif de décors et de bizarreries offrent une majestuosité hypnotique aux multiples "tableaux" qui jalonnent l'oeuvre, livrée à la satyre grotesque et à l'auto-dérision métaphorique. Ce film, avant-gardiste, s'inscrit dans une époque de libération post-colonialiste et post-industrielle - on aimerait ajouter sexuelle, mais le discours vise davantage la charge ironique contre les idéologies du pouvoir que l'explosion d'un système social hypocrite. Le pouvoir castrateur, au moins, est condamné (autant que l'Homme-objet, l'Homme-machine)... Nul sacrilège: Jodorowsky l'anti-conformiste donne une magnifique leçon de lucidité sur l'abjection des "hautes" prétentions de l'être humain et de ses phantasmes totalitaires (dont "être éternel"), totalement déconnectés de la réalité. Contre la folie, le lâcher-prise requiert l'auto-dérision pour rejoindre la "vie réelle".

Après avoir longtemps résisté à le découvrir en vidéo, joie et bonheur, le film est enfin visible en salle en copie neuve. Et là, on a beau s'y être préparé, c'est le choc : épopée mystique somptueuse, La montagne sacrée happe le spectateur dès la première seconde pour ne plus le lâcher pendant 2 heures. Le film brasse une foutitude de thèmes et de genres (politique, religion, pamphlet, science-fiction, aventure, farce, conte) tout en gardant une cohérence exemplaire et offre une série de tableaux d'une beauté à couper le souffle. Bénéficiant de moyens monstrueux (décors majestueux, figurants en pagaille), Jodorowsky couche sur pellicule ses visions avec une précision extraordinaire et le souci permanent d'offrir de l'inédit. Le soin tout particulier apporté aux designs (le moindre accessoire ou vêtement est ré-inventé) assure un état d'émerveillement continu chez le public, pour peu qu'il soit un minimum réceptif à l'univers de l'auteur. Indémodable, d'une richesse ahurissante, le film ensorcèle et marque de manière indélébile. Malgré une conclusion quelque peu abrupte et foireuse, La montagne sacrée constitue une oeuvre majeure qui n'aura malheureusement pas eu la diffusion qu'elle méritait. Le temps est venu de réparer cette injustice en se ruant dans les salles dès sa réédition.

http://www.toile-gothique.com/forum/img/attached/187-w-1251621764.jpg

http://www.toile-gothique.com/forum/img/attached/187-w-1251621782.jpg

http://www.toile-gothique.com/forum/img/attached/187-w-1251621801.jpg

http://www.toile-gothique.com/forum/img/attached/187-w-1251621824.jpg

http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=5539.html

http://www.toile-gothique.com/forum/img/attached/187-a-1213588490.jpg

"Saw heaven and hell were lies
When I'm god everybody dies"

Re : La Montagne Sacrée

Ca  à l'air space comme film faudrait le voir pour que je puisse me faire une idée

http://www.toile-gothique.com/forum/img/attached/4-a-1251375038.gif

Messages [ 3 ]

Pages 1

Vous devez vous connecter ou vous inscrire pour pouvoir répondre

A voir également...

Discussions similaires:



Reproduction, même partielle, interdite sans accord préalable. Déclaration CNIL n°1212152. .

Currently installed 10 official extensions. Copyright © 2003–2009 PunBB.