Vous n’êtes pas identifié. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.


Pages 1

Vous devez vous connecter ou vous inscrire pour pouvoir répondre

Flux RSS du sujet

Messages [ 1 ]

Sujet : Boogie Nights

http://www.toile-gothique.com/forum/img/attached/187-w-1235404122.jpg

Date de sortie : 18 Mars 1998   Les films de 1998 ...
Réalisé par Paul Thomas Anderson
Avec Mark Wahlberg, Burt Reynolds, Julianne Moore   Plus...
Film américain. Genre : Comédie dramatique
Durée : 2h 33min. Année de production : 1997
Interdit aux moins de 16 ans

En 1977, le jeune Eddie Adams est plongeur dans une boîte de nuit à la mode de San Fernando Valley, banlieue de Los Angeles. Sa vie de famille n'est pas rose entre un père muet et une mère hystérique qui lui reproche d'être un raté. C'est alors qu'il fait la connaissance de Jack Horner, qui va le propulser dans le monde du cinéma porno. A une époque où le sexe est un plaisir sans danger et le plaisir une industrie, Eddie devient une star international sous le nom de Dirk Diggler.

Avec la mise en scène virtuose d'un Scorsese et la narration ambitieuse d'un Altman, accompagné d'une interprétation irrésistible des acteurs, Boogie Nights s'impose sans mal comme l'un des plus grands films des années 90. On disait sûrement déjà à l'époque que PT Anderson ira loin...

A chaque film, PT Anderson frappe un grand coup. Echauffement avant de signer trois pépites les unes après les autres ("Magnolia", "Punch-Drunk Love" et l'immense "There Will Be Blood"), "Boogie Nights" rassemble toutes les problématiques que PTA va explorer plus profondément dans ses oeuvres suivantes: la maternité et la paternité, l'amour impossible et improbable et surtout la fresque historique à travers la déchéance d'un homme. Et c'est bien dans cette dernière thématique que le metteur en scène virtuose excelle et précède son chef-d'oeuvre de 2007. A travers l'histoire du porno et de Dirk Diggler (pseudo improbable), acteur au membre aussi long que son intellect est limité, PTA dépeint 15 ans d'Amérique grâce à sa structure classique en deux grands actes, la montée et la déchéance d'un homme et d'une industrie. Alors que la première partie dépeint un monde fantaisiste, à la BO disco et aux scènes les plus jouissives, futiles et énergiques (le numéro de danse fait basculer le film dans le genre de la comédie musicale en moins de 2 minutes), le choc du passage aux 80s se fait brutal et sans concession. L'énergie qui était sexuelle devient violence, à la fois administrative et physique, les couleurs se font fade et même la musique pue le toc. C'est peut-être pour cela que la scène devant le juge où Amber tente de reprendre la garde de son fils, est si forte. Avec la photo du tandem Reagan-Bush, chantres conservateurs des années 1980, on est soulagé, mais aussi terriblement terrifié: ce n'est pas un cauchemar, c'est la dure réalité. Cette photo est aussi violente et annonciatrice de malheur, si tristement réaliste qu'elle donne à tout le film une résonance particulière, une pertinence insoupçonnée, une ambition que l'on attendait pas.

Un film culte et un chef d'oeuvre à la fois.Ca parait banal dis comme ça,mais croyez-moi,ces superlatifs ne sont pas galvaudés.Je suis devant les bras pantelants devant ce "Boogie Nights".Paul Thomas Anderson,a acquis son statut de réalisateur ultra-talentueux,avec cette grande fresque d'une incroyable virtuosité,qui décrit l'univers glamour mais impitoyable du cinéma porno.En somme,gloire et déchéance d'une bande de marginaux,appartenant à un milieu sulfureux de légende et incompris.Si les années 70 sont celles de tous les succès et excès,les années 80 et leur lot de changements les entraine dans une spirale infernale.Ils ne sont tout simplement plus adaptés à une société évolutive.Derrière les paillettes et le disco,se cache un vrai message:comment trouver sa place dans la société? Les interprètes sont tous remarquables.De Mark Wahlberg en jeune harder entrainé à Julianne Moore en mère droguée et inconséquente,en passant par Burt Reynolds en réalisateur nostalgique ou William H.Macy en homme humilié par sa femme.Bref,je viens de faire là une découverte que je ne suis pas prète d'oublier.

http://www.toile-gothique.com/forum/img/attached/187-w-1235404141.jpg

http://www.toile-gothique.com/forum/img/attached/187-w-1235404163.jpg

http://www.toile-gothique.com/forum/img/attached/187-w-1235404186.jpg

http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=16382.html

AVIS PERSONNEL :


Je ne sais plus pourquoi j'ai repensé à ce film aujourd'hui qui fut, à l'époque une très bonne surprise. Je ne l'ai pas revu depuis mais je vais essayer de le visionner de nouveau et puis c'est Paul Thomas Anderson qui l'a fait, à qui l'on doit l'excellentissime "Magnolia".

http://www.toile-gothique.com/forum/img/attached/187-a-1213588490.jpg

"Saw heaven and hell were lies
When I'm god everybody dies"

Messages [ 1 ]

Pages 1

Vous devez vous connecter ou vous inscrire pour pouvoir répondre

A voir également...



Reproduction, même partielle, interdite sans accord préalable. Déclaration CNIL n°1212152. .

Currently installed 10 official extensions. Copyright © 2003–2009 PunBB.