Vous n’êtes pas identifié. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.


Pages 1

Vous devez vous connecter ou vous inscrire pour pouvoir répondre

Flux RSS du sujet

Messages [ 8 ]

Sujet : Le Calvaire d’une Vestale [Poème du IXMIVX]

Lorsque le corps sur l'âme impose l'obédience
Au souverain divin gardien de ses prisons,
Lesté, le cerveau coule dans un puisard immense
Comme un requin blessé au milieu d'eaux sans fond...
L'insondable horizon des esprits éveillés
S'échoue dans le méandre étriqué d'une Foi
Inspirant l’hystérie  du vice des veillées
Du feu Sade a Sodome en gourou d'autrefois.


Le Calvaire d’une Vestale


Sur tes traits tuméfiés par excès de folie
S’abat mon poing rougi de despote mauvais
Qui prend ta chasteté si longtemps prémunie
Des bas instincts enfouis sous mon verbe inspiré…

Strict et indélicat tel un blasé bourreau,
Oyant gémir les mots du culte de Vesta,
Je suis ce scélérat qui inscrit dans le Beau 
La clameur de tes os dans l’humiliant fracas.

Cesse un temps tes tourments quand mon ardeur en main
S’insinue en ton sein par ton gosier béant
Pour que tes hurlements se meurent comme les Saints
Témoins d’un libertin possédé par Sathan.

Mon cerveau est imbu d’une puissante passion
Dont tu fus l’humble pion jusqu'à ta triste issue, 
Fatigué des abus j’essuie sans permission
Le fruit de mes pulsions : tes larmes éperdues…


                                                   [Poème du IXMIVX]

Dernière modification par NeigesNoires (09/12/2008 11:59:13)

Déesse SIDA tu détruis
Ravage
L'humaine porcherie.

Re : Le Calvaire d’une Vestale [Poème du IXMIVX]

Euh... C'est moi ou ca parle d'un viol?

Bon, sinon, poeme noir, mais... Tres sympa à lire. Je valide ;)

La fabuleuse histoire d'un déchet humain.

3

Re : Le Calvaire d’une Vestale [Poème du IXMIVX]

J'en ai pensé exactement la même chose avant même d'avoir fini la lecture du poème !

Re : Le Calvaire d’une Vestale [Poème du IXMIVX]

J'ai déjà lu plusieurs de tes poèmes et je trouve qu'ils nécessitent une réelle concentration et plusieurs lectures (ce qui est loin d'être un mal: c'est comme en musique, perso, j'ai besoin d'écouter plusieurs fois un cd pour l'apprécier à sa juste valeur).
Celui-ci m'a paru plus abordable mais je dois avouer que parfois je bute sur certaines phrases, ou certains mots. Après réflexion, je pense que c'est l'accumulation d'adjectifs qui me perturbe parfois.

Strict et indélicat tel un blasé bourreau,
Oyant gémir les mots du culte de Vesta,

Quelque chose me gêne dans ce passage, sans trop savoir exactement (je sais ça ne t'avance pas): peut-être l'alliance "blasé" au mot bourreau", qui s'ensuit avec le verbe "oyant". Il me semble que la phrase est "forcée" là. enfin bref, quand j'aurai réussi à comprendre exactement ce qui me gêne, j'éditerai...

Ceci dit, je trouve que la violence est vraiment bien rendue, ce qui la rend extrêmement dérangeante et du coup j'aime particulièrement les deux derniers quatrains.
Par ailleurs, il y a une musicalité intéressante (j'imagine que c'est voulu mais si cela n'est pas le cas, c'est bien joué, et étonnant...). J'aime particulièrement ces deux vers:

Je suis ce scélérat qui inscrit dans le Beau
La clameur de tes os dans l’humiliant fracas.

Dans l'ensemble j'aime bien les thèmes abordés dans tes poèmes, la musicalité qui en ressort, et ton verbe froid qui a quelque chose d'implacable (je ne sais pas si je suis très claire là). Ensuite comme je te disais, tes poèmes sont généralement difficiles (et semblent par ailleurs souvent faire référence à quelque chose qui m'est complètement extérieur: du coup j'ai l'impression de ne pas en saisir toute la portée): difficulté qui réside sans doute dans l'accumulation des qualificatifs qui empêchent la fluidité de ma lecture...

Boublack Boublack mon petit ourson !
Tu roules et tu glisses sur la blanche neige de Norvègeeeuhhh !

Re : Le Calvaire d’une Vestale [Poème du IXMIVX]

Il semblerait que votre impression commune soit bonne, le thème de ce texte est abordé au travers du viol d’une prêtresse de Vesta. C’est assez explicite en même temps…

@Feenalia : déjà merci d’avoir pris le temps de faire un com’ aussi développé…
je pense savoir ce qui te gène dans le passage que tu cites puisque moi aussi  il me dérange.
Il doit sûrement s’agir du fait que le mot « Bourreau » a la fin de la strophe et le participe présent « Oyant » au début de la suivante finissent et commencent respectivement par le son « O ». la suite directe de deux sonorités similaires peut « coincer » la lecture comme c’est le cas ici.

Pour l’anecdote, en écrivant ces lignes j’ai hésité sur le Pprésent  du verbe Ouir et en premier lieu j’ai écris « Ouissant », ce qui « passe » mieux a la lecture mais est incorrect… donc après vérification j’ai du changer ça. /

Ensuite ce n’est pas la première fois qu’on me fait remarquer une abondance d’adjectifs mais c’est (en partie) voulu. D’une part parce que je veux retranscrire quelque chose d’aussi précis que ce que j’ai dans la tête et d’autre part les mots me viennent spontanément, comme les notes pour un compositeur j’imagine. Ca doit être aussi ça qui fait ressortir une certaine musicalité, un rythme tout au moins.

Pour finir il est vrai que j’essaie de rendre mes textes extrêmes, aussi bien dans le Sublime que dans l’Immondice… plus souvent dans cette dernière j’avoue car mon inspiration, bien que personnelle a la base, vient aussi du monde et des gens qui m’entourent (quand ceux-la m’affectent, ou m'infectent profondément d’une manière ou d’une autre).

tes poèmes sont généralement difficiles (et semblent par ailleurs souvent faire référence à quelque chose qui m'est complètement extérieur: du coup j'ai l'impression de ne pas en saisir toute la portée)

Je comprends et tu n’as pas tord, seulement je n’écris pas dans le but de « raconter ma vie ». ce dont je parle est parfois assez intime donc par pudeur j’essaie d’écrire de façon a ce que chacun trouve un sens qui lui est propre. j’aime a penser que j’y arrive puisqu’en général mes mots touchent…

Dernière modification par NeigesNoires (10/12/2008 10:43:45)

Déesse SIDA tu détruis
Ravage
L'humaine porcherie.

Re : Le Calvaire d’une Vestale [Poème du IXMIVX]

NeigesNoires a écrit:

Il doit sûrement s’agir du fait que le mot « Bourreau » a la fin de la strophe et le participe présent « Oyant » au début de la suivante finissent et commencent respectivement par le son « O ». la suite directe de deux sonorités similaires peut « coincer » la lecture comme c’est le cas ici.

J'ai relu ce passage et après réflexion je ne suis même pas certaine que ce soit cette suite de "o" parce qu'en fait quand tu lis à voix haute (ce qui est mieux pour apprécier la musicalité d'un texte), tu t'aperçois que le "o" de bourreau n'est pas le même que le "o" de oyant. Ce dernier étant un "o" ouvert, donc ce n'est pas si désagréable à lire.

Mais ma gêne provient sans doute du mot "oyant" lui-même: terme vieilli et quasi-inutilisé de nos jours (à part à l'infinitif), c'est ce qui a dû me faire bizarre dans ton texte. Bon après tu peux me dire que vu l'époque où peut se passer l'histoire, le mot s'inscrit bien, mais je trouve qu'en fait ce mot est en décalage par rapport aux autres ...

Par contre "un blasé bourreau", je trouve toujours cette alliance bizarre mais pas au niveau de la sonorité au contraire ni au niveau du sens d'ailleurs.. arg j'arrive pas à m'expliquer :D J'y travaille...

Dernière modification par Feenalia (13/12/2008 13:36:54)

Boublack Boublack mon petit ourson !
Tu roules et tu glisses sur la blanche neige de Norvègeeeuhhh !

Re : Le Calvaire d’une Vestale [Poème du IXMIVX]

Mais ma gêne provient sans doute du mot "oyant" lui-même: terme vieilli et quasi-inutilisé de nos jours (à part à l'infinitif), c'est ce qui a dû me faire bizarre dans ton texte.

ce mot peut interpeler car peu courant mais ce n'est pas le seul mot "oublié" présent dans ce texte (et d'autres). la raison est que j'apprécie bien plus notre ancienne littérature que la contemporaine et que j'aime y faire référence dans ma manière d'écrire.

Bon après tu peux me dire que vu l'époque où peut se passer l'histoire, le mot s'inscrit bien, mais je trouve qu'en fait ce mot est en décalage par rapport aux autres ...

j'essaie de faire en sorte que mes "comptines" (pour citer yencelade cligne-1) soient intemporelles car ce que je raconte derrière les mots est au delà de cette conception... on pourrait comparer ça aux fables de La Fontaine sauf que ce n'est pas une morale qu'il y a a retirer de mes textes.

je vais te donner la raison de l'alliance "blasé bourreau", peut être qu'elle conclura ta réflexion...

Déesse SIDA tu détruis
Ravage
L'humaine porcherie.

Re : Le Calvaire d’une Vestale [Poème du IXMIVX]

je plussoie Yencelade et Niten, un court mais agréable moment passé en compagnie de cette lecturesourire-1

On dit peu de choses solides, lorsqu'on cherche à en dire d'extraordinaires.

Messages [ 8 ]

Pages 1

Vous devez vous connecter ou vous inscrire pour pouvoir répondre

A voir également...



Reproduction, même partielle, interdite sans accord préalable. Déclaration CNIL n°1212152. .

Currently installed 10 official extensions. Copyright © 2003–2009 PunBB.