Vous n’êtes pas identifié. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.


Pages 1

Vous devez vous connecter ou vous inscrire pour pouvoir répondre

Flux RSS du sujet

Messages [ 3 ]

Sujet : Seraphine

http://www.toile-gothique.com/forum/img/attached/187-a-1225878243.jpg

Date de sortie : 01 Octobre 2008   
Réalisé par Martin Provost
Avec Yolande Moreau, Ulrich Tukur, Anne Bennent   
Film français. Genre : Biopic, Drame
Durée : 2h 5min. Année de production : 2007

En 1912, le collectionneur allemand Wilhelm Uhde, premier acheteur de Picasso et découvreur du douanier Rousseau, loue un appartement à Senlis pour écrire et se reposer de sa vie parisienne. Il prend à son service une femme de ménage, Séraphine, 48 ans. Quelque temps plus tard, il remarque chez des notables locaux une petite toile peinte sur bois. Sa stupéfaction est grande d'apprendre que l'auteur n'est autre que Séraphine. S'instaure alors une relation poignante et inattendue entre le marchand d'art d'avant-garde et la femme de ménage visionnaire.

Tout comme le courant auquel appartenait Séraphine de Senlis, on peut qualifier le film de M.Provost comme "n'étant pas naïf, mais visionnaire". Délaissant pathos et facilités liées à l'art, le réalisateur nous offre deux heures de bonheur, d'éloge de la nature, et le plaisir de voir le talent immensément grand de Yolande Moreau. Le rapport de Séraphine à l'art, comme aux autres, est abordé avec une grande sensibilité ; on croit comprendre les sentiments de cette femme censée, à qui il aurait juste manqué un peu d'éducation. La qualité de la photographie s'accorde parfaitement avec le thème de la peinture ; on est loin, bien loin, du navet "Sagan", qui avait tenté des idées de mise en scène peu ambitieuses et plates. La dernière image de "Séraphine" ne donne qu'une envie : traverser l'écran et rejoindre l'héroïne sous l'arbre, parcourir cette herbe tendre ...

Séraphine - Quel film! Yolande Moreau - Quel talent! Des scènes qui à mon sens rappellent une foule de toiles connues (outre les toiles d'Europe de l'Est): les paysages verdoyants (à la Ruysdael ou Constable), les natures mortes, les "natures mortes comportant des figures humaines" (à la Vermmeer, les scènes de genre (à la Millet), Séraphine baigneuse(à la Renoir), le clair-obscur à la bougie (comme George de La Tour), et Séraphine dans les hautes herbes ( comme "Le chemin montant dans les hautes herbes" Renoir / "Femme à l'ombrelle" (Vers la droite . vers la gauche) de Monet. A voir absolument

De Séraphine Louis – 2 prénoms formant un nom simple (comme les enfants abandonnés, jadis) à Séraphine de Senlis, un nom à particule plein de poésie, quel chemin à la Zola !! Le film qui narre une vie misérable, la rend admirable, c’est là tout l’art du réalisateur, de son équipe et des acteurs. D’abord l’affiche ; à la Renoir, un champ collineux, une silhouette dynamique sous son canotier, un panier et un pépin à la Bécassine, sous un doux ciel gris, dans l’herbe. L’affiche est un tableau de maître à elle toute seule. Le film pose 2 questions; « Comment, pourquoi, dans ces conditions, sans culture, n’ayant sous les yeux que les images religieuses mais aussi la nature, un tel « intérieur » artistique, une telle expression, une pareille réussite ? Et pourquoi un tel oubli ? » Vraiment dommage que Wilhelm Uhde n’ait pas pu « sortir » Séraphine comme Picasso, Braque, Rousseau etc.. Séraphine, simple, innocente, discrète, l’œil aigu, pleine de secrets, en possession de grandes connaissances et qualités artistiques sans le savoir, en s’en cachant même. Volant du temps, se privant de manger pour ses secrets de peinture que sont la terre, les plantes tinctoriales, des herbes, de la bougie (« dérobée » à Dieu, avec son regard angélique, séraphin), du sang de chez le boucher. Des ongles noirs de travail pour une peinture aérienne, exhubérante foisonnante, un peu baroque Séraphine, souple d’esprit et de corps pour servir, s’asservir, travailler à quatre pattes avec la paille de fer sur le parquet, souple pour se taire, souple pour faire plaisir, mais entêtée, digne, fière, obstinée pour peindre. Séraphine contemporaine de Camille Claudel, morte comme elle de faim et de folie dans un asile, pendant l’occupation ; cette folie n’est –elle pas la faim, faim d’amour, de liberté ? ; presque 80 ans d’enfermement, d’interdits, d’isolement- servitude chez les autres ,20 ans de couvent ça laisse des traces.Ce film est un cadeau pour tout le monde, un bijou; un tableau de maître

http://www.allocine.fr/film/critiquepublic_gen_cfilm=126513.html


http://www.toile-gothique.com/forum/img/attached/187-a-1225878260.jpg

http://www.toile-gothique.com/forum/img/attached/187-a-1225878275.jpg

http://www.toile-gothique.com/forum/img/attached/187-a-1225878292.jpg

http://www.toile-gothique.com/forum/img/attached/187-a-1225878307.jpg

www.google-images.fr

AVIS PERSONNEL :

Je n'ai pas encore eu le temps de le voir mais toutes les personnes qui l'ont vu ne m'on en dit que du bien, et surtout ont trouvé Yolande Moreau, que j'adore, impressionnante. Donc j'ai hâte de le voir !!!

http://www.toile-gothique.com/forum/img/attached/187-a-1213588490.jpg

"Saw heaven and hell were lies
When I'm god everybody dies"

Re : Seraphine

C'est marrant ce n'est pas le genre de film que j'affectionne mais le résumé et les images m'intrigue positivement...

Oel ngati kameie
------------------------------------------------------
http://img11.hostingpics.net/pics/925919Madness.gif

Re : Seraphine

Pareil l'histoire me plait donc je le regarderais dès que possible

http://www.toile-gothique.com/forum/img/attached/4-a-1251375038.gif

Messages [ 3 ]

Pages 1

Vous devez vous connecter ou vous inscrire pour pouvoir répondre

A voir également...

Discussions similaires:



Reproduction, même partielle, interdite sans accord préalable. Déclaration CNIL n°1212152. .

Currently installed 10 official extensions. Copyright © 2003–2009 PunBB.