Vous n’êtes pas identifié. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.


Pages 1

Vous devez vous connecter ou vous inscrire pour pouvoir répondre

Flux RSS du sujet

Messages [ 2 ]

Sujet : Le festin nu

http://www.toile-gothique.com/forum/img/attached/187-a-1225814953.jpg

Date de sortie : 11 Mars 1992   
Réalisé par David Cronenberg
Avec Peter Weller, Ian Holm, Judy Davis   
Film américain, canadien, japonais, britannique. Genre : Drame
Durée : 1h 55min. Année de production : 1991
Titre original : Naked lunch

Bill Lee, ex-junkie, recyclé dans l'extermination des cafards, tue sa femme accidentellement apres l'avoir surprise faisant l'amour avec leurs deux meilleurs amis.


On pourra reprocher autant qu'on veut David Cronenberg de s'écarter du roman d'origine, mais on ne peut que remarquer avec quel talent il s'est réapproprié l'univers de William S. Burroughs. Âme perdue errant dans un monde outrancier, faux et bizarre, William Lee est incarné à la perfection par Peter Weller. C'est aussi un film sur la création et son lien avec la drogue qui la stimule et l'empêche à la fois. En se saisissant de ce thème essentiel de la création artistique, Cronenberg en a donné la plus forte et la plus déviante des illustrations cinématographiques.

Le Festin Nu est le film de Cronenberg dans lequel toutes les obsessions du réalisateur de Toronto atteignent un paroxysme indescriptible. Le cinéaste adapte le roman éponyme de William Burroughs, oeuvre phare de la Beat Generation . C'était un pari risqué, le livre étant réputé inadaptable...Mais Le Festin Nu de Cronenberg est d'une richesse incroyable , aussi bien formelle que scénaristique. On ne comprend pas tout, on ressent, on voyage : c'est le premier véritable trip de l'histoire du 7eme Art. C'est également le meilleur film sur la créativité et sur le syndrôme de la page blanche. C'est l'histoire de l'écrivain junkie William Lee ( qui est j'imagine l'alter ego de Burroughs ), personnage en proie à des hallucinations surréalistes lui dictant des missions néfastes. Les effets spéciaux du Festin Nu figurent parmi les plus impressionnants de l'histoire du cinéma : la métamorphose de la machine à écrire en insecte est bouleversante, sorte d'allégorie de la destruction sociale de William Lee ( l'écrivain meurt dans une certaine mesure, mais le junkie demeure, enfermé dans sa nausée intérieure ). Cette destruction sociale est totale, puisqu'il perdra sa femme et ses deux amis en plus de sa profession d'origine : écrivain ( je parle de profession d'origine puisqu'au début du film, Bill Lee extermine les cafards pour gagner sa vie, ou plutôt pour la perdre ! ). Quant à la destruction mentale du protagoniste, elle est l'évidence même, quand bien même il n'est pas encore sujet à des visions : " Exterminez toute pensée rationnelle ", dit-il à ses deux amis au début du film. Un chef d'oeuvre de complexité, une claque visuelle, bref : une oeuvre d'Art. Et puis un cul n'a jamais été aussi poétiquement incorrect. Amis cinéphiles, régalez vous !

Ce film est spécialement spécial, métaphoriquement incompréhensible, limite on se sent bête quand c'était fini. C'est l'adaptation d'un roman de William Burroughs, un des plus connu auteur de la beat generation. Il a du pas mal relarguer de produits dans ses veines quand il a écrit ce bouquin... C'est vraiment pas explicable, faut voir pour croire. J'ai trouvé ce film très beau, très esthétique, par les effets spéciaux, les couleurs, la subtilité... Impressionnée par l'acteur principal (Peter Weller) qui est géniallissime, joue parfaitement le mec anesthésié et hébété, tout c'que j'aime. Malheureusement, j'ai du mal à aimer un film quand je ne l'ai pas compris. Seulement après avoir lu des analyse que j'ai compris, pauvre de moi. Et c'est là que tu te dis que quand même, c'est lumineux mais que quand même, c'est pour les intelligents. Il faut connaître la vie de Burroughs, et aussi revoir le film une bonne vingtaine de fois pour commencer à comprendre. Mais l'ambiance est assez fascinante, quoi que parfois malsaine (je suis pas fan des cafards). Ah oui aussi, c'est assez drôle.

incompréhensible du debut a la fin, mais ça se regarde avec fascination.



http://www.toile-gothique.com/forum/img/attached/187-a-1225814986.jpg

http://www.toile-gothique.com/forum/img/attached/187-a-1225815002.jpg

AVIS PERSONNEL :

Réputé inadaptable, ce roman, grâce au talent de David Cronemberg, en est plutôt une bonne, mais tout comme le roman, difficile d'en parler tant le visuel prime. Ce fut un grand choc ciné pour moi, et je suis étonnée de ne pas en avoir parlé plus tôt. Je le conseille, autant aux fans de Burroughs qu'aux fans de Cronemberg.

http://www.toile-gothique.com/forum/img/attached/187-a-1213588490.jpg

"Saw heaven and hell were lies
When I'm god everybody dies"

2

Re : Le festin nu

Je plussoie!!! un de mes films preferes de Cronenberg ;), encore plus libre qu'existenZ ;)

I don’t suffer from insanity, I enjoy every minute of it!

Messages [ 2 ]

Pages 1

Vous devez vous connecter ou vous inscrire pour pouvoir répondre

A voir également...

Discussions similaires:



Reproduction, même partielle, interdite sans accord préalable. Déclaration CNIL n°1212152. .

Currently installed 10 official extensions. Copyright © 2003–2009 PunBB.