Vous n’êtes pas identifié. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.


Pages 1

Vous devez vous connecter ou vous inscrire pour pouvoir répondre

Flux RSS du sujet

Messages [ 3 ]

Sujet : La sorcière Vierge

http://www.toile-gothique.com/forum/img/attached/187-a-1217603827.jpg


Sorcière Vierge - 1972
(Virgin Witch)
Origine : Angleterre
Genre : Fantastique / Erotique

Réalisé par Ray Austin.
Avec Ann Michelle, Vicki Michelle, Patricia Haines, Keith Bucley, James Chase, Neal Hallett, Helen Downing.

Christine et Betty quittent le domicile familial, et leur petite ville de province, où elles étouffent. Cette fugue les conduit jusqu'à Londres, par la bonne grâce de Johnny qui a pris les deux soeurs en stop. Il leur offre même l'hospitalité, une démarche pas complètement désintéressée dans la mesure où l'homme est attiré par Betty, la cadette. Si celle-ci paraît un peu timide, et "fleur bleue", Christine est tout le contraire. Sûre d'elle, elle exerce une autorité incontestée sur sa frangine, et a des ambitions dans la vie. Professionnellement, elle compte devenir top model, et semble prête à tout pour réussir dans le métier. Au détour d'une annonce parue dans un magazine, Christine obtient un rendez-vous dans les locaux d'une agence de pub dirigée par Sybil Waite.
La soeur aînée tape tout de suite dans l'oeil de Sybil, d'autant plus que cette dernière est très attirée par les femmes, surtout quand elles sont particulièrement jolies. Lors de l'entretien, Christine apprend que le photographe travaillant pour Sybil, un dénommé Peter, a besoin d'urgence d'un modèle pour un client ce week-end. La directrice de l'agence lui ayant répondu qu'aucune fille n'était disponible, c'est tout naturellement que Christine se propose. Après quelques réticences purement formelles, Sybil finit par lui proposer le job. Il est évident qu'il est question de photos de charme, ce qui ne semble pas perturber la jeune femme. Ambitieuse, Christine a décidé de ranger sa pudeur au vestiaire : "Moi je veux faire carrière, je ne veux pas m'attacher", dira-t-elle-même un peu plus tard.
La voilà donc partie dans un endroit isolé à la campagne, accompagnée de sa petite soeur. Un manoir nommé Wytchwold, situé près du village de Wilmor, où se tenait autrefois, selon les légendes, un Cercle de Sorcières. Le maître des lieux, le Docteur Gerald Amberly, est un homme affable, entre deux âges, très charismatique. Il a tôt fait de rassurer Betty, impressionnée par le cadre, et mal à l'aise après avoir rencontré quelques personnages inquiétants comme le laitier, une cavalière et un chasseur, qui semblent tous être des habitués du lieu. Les deux soeurs ignorent que l'agence de Sybil n'est qu'une couverture destinée à rameuter des filles encore vierges au manoir. Celles-ci sont utilisées pour des rites de sorcellerie, dont Amberly est le chef, et Sybil la Grande Prêtresse. Les membres de la Confrérie semblent penser que Christine possède des aptitudes naturelles pour la magie et mérite de rejoindre leur cercle.

   

Curieux film que cette "Sorcière Vierge", réalisée au début des seventies par un anglo-saxon dont la carte visite dévoile que l'homme a essentiellement travaillé pour la télévision, et dont la collaboration pour une multitude de séries télé est impressionnante. Bien moins conséquente est sa contribution pour le cinéma. Ray Austin a-t-il cherché à mettre en scène un film sulfureux, à dominante horrifique et érotique ? En avait-il les moyens étant donné sa méconnaissance dans le domaine ? Le résultat est loin de tenir ses promesses, si le spectateur pensait voir une oeuvre fortement teinté de sorcellerie, un film d'horreur avec des effets spéciaux, du sang, et une bonne dose d'érotisme.
Certes, il est bien question de sorcellerie, et de la nudité on en trouve, grâce à la contribution des deux frangines, également soeurs dans la vie : Ann et Vicki Michelle (notons que dans la réalité, Vicki est l'aînée). Rien à dire sur leur prestation, plutôt irréprochable, et leur plastique, également parfaite. Ann Michelle tire néanmoins la couverture à elle dans un rôle de garce aguicheuse et arriviste, désireuse de pénétrer les hautes sphères du pouvoir par une voie peu orthodoxe : la magie. C'est d'ailleurs en cela que le film est un peu déroutant, car en fait de film d'horreur, Austin livre une étude de moeurs dont la sorcellerie est la toile de fond. Mais l'aspect fantastique reste la plupart du temps en arrière plan, comparé à l'évolution du personnage de Christine, l'héroïne du film, dont la personnalité et l'influence montent en puissance jusqu'au final somme toute attendu.
Alors oui, effectivement, on peut voir dans "Sorcière Vierge" des cérémonies de rites d'initiation, avec sabbat, danses lascives et fornication, mais tout cela est bien plus suggéré que montré, laissant penser que le réalisateur n'est pas initié, lui, en matière de cinéma fantastique. Les seuls témoignages de sorcellerie se résument au contrôle de la volonté d'une personne, la douleur provoquée en brûlant une photographie, et un meurtre à distance hors-champ. Rien de bien spectaculaire, donc, et l'on se rattrapera régulièrement sur la plastique de Vicki (un peu) et Ann Michelle. Cette dernière apparaît souvent dévêtue, dévoilant une fort belle poitrine. L'actrice joue aussi très bien, et on a pu également la voir dans le "House of Whipcord" de Pete Walker. Dans l'ensemble, le casting est constitué d'acteurs peu connus de par chez nous. Notons toutefois que dans le rôle de Sybil, Patricia Haines (décédée en 1977) fut l'épouse de Michael Caine.
La musique de Ted Dicks contribue à donner à l'oeuvre une certaine ambiance, sans plus. Quoi qu'il en soit, le film a bien du mal à décoller, et cette secte de sorciers, qui ne sont en fait que des bourgeois établis dans les sphères du pouvoir et désireux d'y rester, n'est guère intéressante. La sorcellerie se calque sur le principe de la secte, à savoir y trouver un prétexte fallacieux pour organiser des bacchanales, et de pimenter ainsi l'ordinaire du quotidien.
"Sorcière Vierge" est à l'origine un roman de Klaus Vogel, sorti en vidéo sous sa traduction littérale : "Virgin Witch". Mais lors de sa distribution dans les salles françaises, son titre d'exploitation était "Les Collines du Plaisir", peut-être une allusion aux superbes seins en forme de poire d'Ann Michelle...
Toujours est-il que cette "Sorcière Vierge" ne parvient que rarement à nous faire frissonner de plaisir, et encore moins à nous faire trembler de peur. Le film raconte avant tout l'ascension sociale d'une jeune femme désireuse de s'émanciper et de monter rapidement dans la hiérarchie. Mais en matière d'oeuvre fantastique, "Sorcière Vierge" ne marque pas vraiment les esprits.

http://films.psychovision.net/critique/sorciere-vierge-927.php

http://www.toile-gothique.com/forum/img/attached/187-a-1213588490.jpg

"Saw heaven and hell were lies
When I'm god everybody dies"

Re : La sorcière Vierge

Faudra se faire une soirée horreur 70's grand-sourire-1

http://www.toile-gothique.com/forum/img/attached/4-a-1251375038.gif

Re : La sorcière Vierge

Ca c'est sur reste à les trouver !!! Mais il y en a que je ne connaissais pas qui ont l'air terribles

http://www.toile-gothique.com/forum/img/attached/187-a-1213588490.jpg

"Saw heaven and hell were lies
When I'm god everybody dies"

Messages [ 3 ]

Pages 1

Vous devez vous connecter ou vous inscrire pour pouvoir répondre

A voir également...

Discussions similaires:



Reproduction, même partielle, interdite sans accord préalable. Déclaration CNIL n°1212152. .

Currently installed 10 official extensions. Copyright © 2003–2009 PunBB.